Reikihō

Reikihō – 霊 気 法

Méthode de Développement Personnel et de Thérapie Bioénergétique

Le Reikihō ou Reiki Hō, « Principe, loi ou méthode de Reiki » peut être rapidement défini comme étant avant tout un chemin de développement personnel (voie de réalisation du Soi), et ensuite une voie thérapeutique.

Il était anciennement nommé -au 20ème siècle- et encore quelque fois mais rarement de nos jours « Reiki Ryōhō » : « méthode thérapeutique par le Reiki ».

Le Reikihō nous donne les moyens d’œuvrer par l’ouverture et l’accroissement de l’afflux du Reiki dans les corps physique et subtils. Ses pratiques augmentent de façon équilibrée et alignée le flux de notre Ki. En conséquence, plus le Reiki/Ki nous emplit et circule en nous, et plus notre fréquence vibratoire s’élève. Car le Reiki vibre sur de très hautes fréquences vibratoires.

L’état de santé et de bien-être qui en découlent est la résultante des effets des pratiques du Reikihō. Elles rétablissent l’équilibre et l’état énergétiques naturels et originels de l’être-humain. Cela se manifeste tant au niveau physique qu’au niveaux psychique (émotionnel et mental) et spirituel, en ré-alignant et unifiant le corps, le Cœur et l’esprit.

Distinction du « Reikihō » et du « Reiki Ryōhō » par Inamoto Hyakuten Sensē :

« Le Reiki est un moyen de nous rendre plus paisibles, équilibrés et centrés dans nos vies quotidiennes.
Il n’y a pas de place pour l’ego dans la pratique du Reiki Hō. Le Reiki fonctionne mieux quand vous mettez l’ego de côté.
S’abandonner au Reiki est une nécessité quand nous pratiquons le Reiki Ryōhō, ce qui est plus facile à dire qu’à faire.
Les étudiants de Reiki Ryōhō débutants trouvent souvent difficile à saisir que la non-pensée puisse être si efficace, et que le non-faire est fondamental pour la guérison. »

Inamoto Hyakuten Sensē

Inamoto Hyakuten : Prêtre bouddhiste indépendant, il apprit le Reiki Ryōhō par l’enseignement de Mme Yamaguchi. Il enseigne ce qu’il appelle le Kōmyō Reikihō (Kōmyô Reikidō®), un système qui place l’emphase sur la transformation spirituelle personnelle, par le Satori 悟り(Samadhi en Sanskrit), dans la pratique du Reiki Ryōhō. Comme beaucoup d’autres, Hyakuten San soutient que les enseignements originaux de Usui Sensei étaient focalisés sur le développement personnel, et que toute guérison était seulement la conséquence des effets de cette croissance spirituelle.

Idées fausses et points importants liés à la compréhension du Reiki et du Reikihō

Le Reikihō n’est ni une religion ni une doctrine

Le fait qu’il provienne d’une culture imprégnée à la fois de Bouddhisme, de Shintoïsme et de Taoïsme n’implique absolument pas d’être dans une démarche religieuse pour pratiquer le Reikihō. De même, quelque soit le Chemin religieux qu’on suive, le Reikihō n’est en contradiction avec aucun, puisqu’il est soumis à la Force de Vie de l’Un, Dieu l’Unique, Source du Tout.

On remarque ce même phénomène pour le Zen, qui est intégré au Bouddhisme mais qui peut aussi être pratiqué dans une approche laïque. Dans son fondement, le Zen n’est ni une religion ni une philosophie, son essence se situant seulement dans la pratique de la méditation assise (Zazen) en état « Hishiryō » (« penser sans penser »). On dit aussi « Shikantaza », « s’asseoir juste pour s’asseoir », « sans but ni esprit de profit » (« Mushōtoku »), sans même avoir pour but l’Éveil ou quoi que ce soit d’autre.

Les concepts extrême-orientaux sont difficiles à comprendre pour l’intellect occidental

Et notamment ceux du Japon et de la Corée, car ce sont les deux cultures les plus codifiées de l’Extrême-Orient.

Les modes de pensée, de réflexion et comportementaux des peuples d’Orient et d’Occident sont aussi éloignés les uns des autres que le sont leurs zones géographiques. Pour que l’Occidental puisse les comprendre et les intégrer, une profonde immersion est nécessaire. Ceci, afin que le corps autant que l’esprit puissent s’en imprégner par l’expérience.

L’acculturation est ainsi obligatoire ; sans quoi on ne fait que « survoler » superficiellement ces cultures étrangères si différentes de la nôtre. Ce manque de profondeur est une des causes des incompréhensions et déviances générées dans les enseignements occidentaux du Reikihō.

Le Reiki n’est pas une croyance

Un receveur n’a besoin de « croire au Reiki » pour ressentir et bénéficier de ses bienfaits.

Les personnes sceptiques mais non bornées changent d’avis dès la première séance. Après avoir vécu cette expérience de façon ouverte et honnête, la logique des effets s’impose d’elle-même. Cela leur permet de se libérer de croyances limitantes.

Il est difficile d’exprimer par les mots ce qu’est le Satori (la paix de l’éveil de la conscience ou éveil spirituel et les différents niveaux de réalisation du Soi). Et il est tout aussi difficile d’imaginer ou d’expliquer ce qui est ressenti lors des pratiques avec le Reiki ou le Ki. Le seul moyen de comprendre véritablement ces états et réalités n’étant ni théorique ni intellectuel mais « expérentiel ».

Par l’expérience, nous n’avons pas à en chercher la compréhension, car elle vient d’elle-même et de façon complète, suite au vécu.
C’est pour cette raison qu’il est dit dans le Zen : « Rien ne vaut la pratique ».

Le Reikihō est véritablement un Art universel, un Art de Vivre

On pourrait aussi dire « laïque », pour un entendement global et plus cartésien. Cependant, c’est un Art à dimension spirituelle (Reijutsu). Il répond donc même aux orientations idéologiques et législatives françaises de notre temps.

C’est exactement l’orientation que Usui Sensē voulait donner au Reikihō. Usui Sensē est le fondateur -« Chossō »- de l’Usui Teàte ou Usui Dō ou encore Usui Reiki Ryōhō. L’Usui Reiki Ryōhō Gakkai de Tōkyō assure officiellement la transmission de son héritage. Il souhaitait transmettre un art centré sur le bien de l’Homme et de son environnement naturel.

Usui Sensē présentait le Reikihō comme une voie universelle d’harmonisation, de développement personnel et de thérapie naturelle par les mains. Il souhaitait qu’il se perpétue comme un art accessible à tous. En cela, il le voulait au-delà de toute discrimination. Que ce soit celles des frontières, des différences ethniques, culturelles, sociales , idéologiques et religieuses.

On peut tout a fait être laïc et spirituel à la fois

L’un n’exclut pas l’autre, bien au contraire.

La spiritualité propose de s’orienter vers l’adoption d’un concept évolutionnaire et universel sans aucune discrimination. Elle amène à prendre conscience de la place de l’Humain et de son rôle dans la Création, pour le bien de tous êtres-vivants et de l’environnement naturel.

Être spirituel c’est expérimenter, et non tomber dans les croyances. L’expérience est le seul moyen de vérifier dans et par la pratique, systématiquement, toute information reçue. En cela, la spiritualité véritable se distingue des dogmes religieux et des croyances induites dans leur transmission.

Vivre avec spiritualité est un besoin et une nécessité absolue de notre temps. C’est un « moyen de retour à soi », un ré-apprentis-sage de « ce que nous sommes véritablement ». On le met en application par l’expérience de la pratique et non plus par l’intégration de croyances.

Le Reikihō est une des voies le permettant.

Car comme le Zen, le Budō (Voie des Arts martiaux), le Yoga et bien d’autres encore, c’est une voie de développement de la conscience et d’étude de l’ego. Par l’activité psycho-corporelle et spirituelle, elle développe l’afflux du Reiki (énergie vitale universelle) et flux du Ki (énergie vitale individualisée). La résultante en est l’élévation de la fréquence vibratoire de l’Être, et ainsi de son niveau de conscience. « Étudier l’ego c’est commencer à se libérer de l’ego », comme l’a dit Bouddha Shakyamuni.

Suishō Reikidō®, une Voie pour cultiver Immunité, Santé et Bien-Être Holistique - Blog Suishō Reikidō® - https://suishoreikido.org - Photo : Mikala Jones Haleiwa, Hawaii, ©Photo_Ellis

Suishō Reikidō®, une voie pour Cultiver Immunité, Santé et Bien-Être holistiques 5 (111)

Le Suishō Reikidō® est avant tout une voie de Développement Personnel (des capacités humaines et spirituelles), puis une voie de Thérapie bioénergétique.
Le Suishō Reikidō® permet de cultiver l’immunité, la santé et le bien-être holistiques. Car cette voie œuvre par la maîtrise de l’équilibre et de l’affluence du Reiki/Ki en l’Être vivant.

Suishō Reikidō®, une voie pour Cultiver Immunité, Santé et Bien-Être holistiques 5 (111) Lire la suite »

Article La Cristallothérapie - www.suishoreikido.org

La Cristallothérapie 4.9 (119)

La Cristallothérapie est l’Art d’œuvrer avec les Cristaux (de Quartz généralement mais pas que), dans le cadre de la Thérapie bioénergétique. Bien que peu connue de nos jours, la Cristallothérapie est une connaissance très ancienne. Elle est l’apanage des Guérisseurs, « Chamanes » et « Hommes-Médecine » de diverses cultures et traditions. La Cristallothérapie et la Lithothérapie sont deux

La Cristallothérapie 4.9 (119) Lire la suite »

Reikihō No Tebikisho - Franck Cohendet - Éditions Suishō Reikidō®

Extrait du REIKIHŌ NO TEBIKISHO : Épilogue 5 (135)

Je publie cet Épilogue extrait du « Reikihō No Tebikisho«  (sous la présentation du « Manuel de Méthode Reiki ») car, bien qu’ayant été écrit au Printemps de 2020, c’est un message qui est toujours d’actualité en 2022. Le Reikihō No Tebikisho est un manuel pédagogique à propos des « techniques de Reiki ». Par une exposition généraliste du Reikihō,

Extrait du REIKIHŌ NO TEBIKISHO : Épilogue 5 (135) Lire la suite »

wellness, massage, reiki-285590.jpg

Reiki, Reikihō et Thérapie bioénergétique : Définitions 5 (117)

Bien que les termes Reiki, Reikihō ou Reiki Hō, et Thérapie Bioénergétique soient tous relatifs à la même Énergie Vitale Universelle ou Cosmique (le Reiki ou Ki), il est important d’en comprendre le sens précis pour pouvoir en faire la distinction. Reiki – 霊 気 Reiki ( 霊 気) ou Ki (気) sont des termes

Reiki, Reikihō et Thérapie bioénergétique : Définitions 5 (117) Lire la suite »