L’Ouverture de la Voie de Tous les Possibles

5
(113)

Article en lien avec la Newsletter #007 de Mars-Avril 2023, « l’Ouverture de la Voie de Tous les Possibles ».

Article "Ouverture de la Voie de Tous les Possibles" de Franck Cohendet Mars 2023 - Blog Suishō Reikidō® - Atterrissage sur la passerelle - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/

L’ouverture de la Voie de Tous les Possibles est la résultante du phénomène d’Intensification de l’Être. Cette intensification s’opère par le Retour au Point ou Temps Zéro. Elle active et stimule ce retour au centre de notre état originel. C’est la réalité de l’Ici et Maintenant, pour chaque créature vivant sur notre Mère Terre.

Continuation du changement de la notion de temps et de la perception qu’on en a

As-tu remarqué comme le timing de tes journées, de tes activités et de celles du monde s’accélère ?

La gestion des activités quotidiennes devient de plus en plus difficile et stressante ; si on s’en tient à devoir faire « tout ce qu’on faisait avant ». Notre perception du temps change en conformité à la transmutation de la notion de temps.

Auparavant, le temps s’écoulait et on s’adaptait aux horaires tant bien que mal. Désormais, la conscience supérieure nous amène à constater plusieurs éléments relatifs au temps, qui lui-même est relatif. On peut même dire que le temps n’existe pas, sinon comme une notion nous permettant d’avoir des repères sur notre chemin d’expérience incarnée. Il offre une représentation mentale cohérente et pragmatique, nous permettant de nous situer, ou de situer un phénomène, un évènement ou un acte dans l’espace-temps.

Ce changement, demandant accord plus qu’adaptation à l’accélération perçue, nous conduit à deux positionnements en conscience, inspirés par la guidance du Cœur −trône de l’Âme ou du Soi− :

  1. Se libérer et se délester des actions automatiques ou non essentielles ou qui ne sont plus en accord avec nos valeurs profondes émergeant à la lumière ; qu’il s’agisse de gestes, déplacements, pensées ou paroles.
  2. Apprendre et développer une gestion du temps différente, ou plus précisément une appréhension nouvelle de la durée temporelle des cycles ; par la maîtrise de la notion de temps.

La maîtrise du temps

Dans l’absolu, il n’y a ni passé ni futur, mais seulement l’Ici et maintenant. C’est donc en concentrant notre attention dans l’Ici et Maintenant que nous pouvons accéder à la maîtrise du temps, soit en le « compressant » pour l’accélérer, soit en « l’arrêtant » ou ralentissant.

Des « techniques » de la maîtrise du temps existent depuis la nuit des temps, dans tous les enseignements ésotériques et énergétiques. Par exemple, on les retrouve dans les savoirs des Hommes-Médecine amérindiens, des Chamanes, ou des Écoles de Ki en Extrême-Orient. Car la courbure des lignes temporelles de l’espace-temps est une de nos capacités humaines enfouies dans nos mémoires.

Dans les principes, les processus d’accélération et de ralentissement du temps sont simples. Dans la pratique, leur mise en application demande de s’y entraîner avec une immense patience, en développant la force de concentration de l’attention. En concentrant l’Attention, on concentre l’Intention et son pouvoir de transmutation.

L’accélération du temps

C’est un détachement profond qui produit l’accélération du temps.

Pour exemple, qui ne s’est pas abandonné à la rêverie en état de veille, pour s’apercevoir, en « revenant sur terre » à quel point le temps était passé vite, sans qu’on s’en rendre compte ?

Pour cela, la conscience doit « voyager » sans s’attacher ni se concentrer sur un point précis, ni une idée particulière. Elle se laisse « porter par le vent ». Le corps doit être ancré, dans un état de relaxation, créant un état d’ouverture et d’expansion de la conscience.

Le ralentissement ou « l’arrêt du temps »

C’est une forte concentration de la conscience sur une action ou une pensée qui produit l’arrêt du temps.

Lorsqu’on est happé dans une tâche, et qu’on y implique le corps, le Cœur et l’esprit de façon unifiée, notre action devient extrêmement efficace. En cela, elle transcende l’écoulement du temps, car tout acte, pensée, parole et mouvement inutiles en sont écartés.

On s’aperçoit qu’en étant dans cet état unifié dans l’action, nous pouvons accomplir bien plus de choses que dans notre « état de conscience habituel ». Il faut dire que cet état habituel n’est pas concentré ou très peu, notre énergie est dispersée en permanence par les distractions de l’attention sensorielle et mentale.

Un autre exemple que certainement beaucoup ont vécu ; celui de l’attente consciente. Qui n’a pas « trouvé le temps long », comme au ralenti, en restant les yeux fixés sur la montre ou l’horloge digitale, en attendant l’arrivée d’un bus, d’un train, d’un métro, ou d’un rendez-vous ?

L’Ouverture de Tous les Possibles par la Maîtrise du Temps

La maîtrise de la notion de temps ouvre tous les possibles, dans le sens où « ce qu’on arrivait plus à faire sans stress » devient possible. L’équilibre dans la gestion du temps d’activité, de repos, et de loisir n’est alors plus un accablement engendrant découragements et blocages.

Ce qui est intéressant de constater, c’est que cette maîtrise peut s’appliquer autant dans le « faire » que dans le « non-faire ». Meisō (la Méditation/Contemplation) et là encore une excellente école pour développer cette maîtrise.

De plus, s’exercer quotidiennement à mettre en pratique ces deux positionnements de conscience est motivant. Cela concoure à développer notre concentration, non pour nourrir la servitude au « devoir-faire », mais servir le Soi. Cela protège notre intégrité et nos aspirations profondes. Et en les servant nous participons de la meilleure manière à servir l’équilibre et l’harmonie du Tout.

Évolution de l’intensification des perceptions

As-tu aussi remarqué l’intensification de tes perceptions, et de l’observation des ressentis en toi ?

Avec l’élévation globale des fréquences vibratoires de Mère Terre et du Cosmos, nos capacités perceptives se dévoilent et s’accroissent également.

Que ces perceptions soient sensorielles ou extrasensorielles, l’attention à soi et l’observation de nos sentiments augmentent.

Certes, avec cette forte affluence de ressentis, cela semble souvent encore chaotique, ou être « une jungle des ressentis ». Au fur et à mesure que l’on développe cette capacités d’observation, notre aptitude à « débroussailler et éclaircir les champs de perceptions » s’affine, par le renforcement de notre pouvoir de concentration. Pour y parvenir, il est nécessaire d’apprendre à rester posé sur une perception, sans se laisser distraire par les autres. C’est d’autant plus difficile que la conscience n’est jamais absolument fixe.

Cette augmentation de nos capacités d’ouverture aux champs de perception est observable sur plusieurs plans. En voici deux exemples.

Les phénomènes « extérieurs »

La voie de tous les possibles se manifeste par les synchronicités.

De fait, les synchronicités se multiplient, au-delà de toute compréhension mentale. La seule conclusion que peut en tirer le mental, c’est qu’elles se manifestent « par le hasard qui n’existe pas ».

Ainsi, les « âmes sœurs » ou « familles d’âmes » se regroupent, telles aimantées les unes aux autres.

Nous sommes tous dans un temps de profonde mutation, où les vies basculent sur un inconnu « imprévu » qu’on ne peut pas prévoir. Chacun(e) cherche sa nouvelle voie, son renouveau dans le chemin de vie.

Ne pouvant plus se positionner dans nos choix sur les concepts d’un système en pleine chute et sans avenir, l’ouverture à la Voie du Cœur s’impose. « Avant » on projetait majoritairement un plan de vie en fonction d’un plan de carrière, ou d’une recherche de situation sociale et financière. Maintenant, c’est de trouver nos aspirations profondes qu’il est question.

Combien ont « mis au placard » leurs rêves depuis l’enfance ? Notre enfant intérieur a toujours été connecté à la voie de notre Cœur. Au fur et à mesure de notre croissance dans « le monde des hommes », nous avons appris, parfois avec amertume et renoncement, à « nous adapter » aux normes éducatives, sociétales et culturelles.

C’est sur ce point que nos capacités d’ouverture à tous les possibles génèrent de l’intransigeance face à ces compromis acceptés à contre-cœur.

Le niveau de la « jauge d’équilibre » et de bien-être en nous

Les synchronicités sont les réponses de l’Intelligence de l’Univers, en résonance à nos souhaits et intentions intimes. Cette Intelligence « lit » notre énergie et y répond en conséquence. Et l’énergie ne ment jamais, car elle est explicitement franche, véridique et réelle. Elle ne peut jouer le jeu de l’illusion.

Ainsi, être confrontés à des situations qui « nous touchent » ou nous « font vibrer », nous permet, lorsqu’on prend du recul, de décrypter ce avec quoi nous entrons en résonance. Notre résonance, c’est la réalité de notre état intérieur, notre être profond, le Soi ou l’Âme.

C’est la même chose pour nos ressentis intérieurs. L’état de paix intérieure manifeste l’équilibre et l’absence de perturbations ou d’interférences. Et de la paix, naît le bien-être.

Lorsque nous nous sentons tendus, stressés ou préoccupés, c’est que des dysharmonies énergétiques troublent l’équilibre de notre paix. Une fois conscients et attentifs à ces ressentis −quel que soit leur mode d’expression−, il devient simple de trouver notre « voie la plus lumineuse » et en accord avec nous-même.

L’Ouverture à la Voie de Tous les Possibles par l’Intensification des Perceptions

Comme pour la maîtrise du temps, l’intensification des perceptions internes et externes nécessite une pratique quotidienne. C’est du moins la meilleure façon de développer ces capacités oubliées, inconnues ou méconnues que chaque être humain possède.

Ce développement rejoint et corrobore l’État de Plein Conscience. La Méditation est certes la voie royale pour s’exercer à cette pleine présence à soi et au monde. Mais la pratique de la Méditation/Contemplation n’a pas d’autre but que celui de la pratique elle-même. Car cette méditation porte de sains fruits lorsqu’elle est sans objet, ni but, ni attente d’un profit quel qu’il soit (« Mushotoku » en Japonais, dans le Zen). Et la pratique est le seul apprentissage complet, véridique et durable.

Ainsi, pratiquer nous permet d’acquérir de nouvelles compétences, de libérer nos potentialités d’être, et de développer nos capacités humaines. En conséquence, plus on pratique et plus les sujets de pratique deviennent notre nouvelle « normalité d’être ».

S’ouvrir à la Voie de Tous les Possibles passe en premier lieu par les capacités à sentir cette voie. Ensuite, plus nous la sentons et la percevons, et plus nous sommes en capacité d’y œuvrer, pour notre bien et celui de « toutes les créatures ».

L’Autonomie dans la Liberté, pour la Liberté de l’Autonomie

Le Cœur, siège ou trône de l’Âme/du Soi, connaît toutes les réponses à nos questions. Il connaît même celles que nous ne pensons pas à avoir à nous poser un jour. Car étant relié au Tout, lorsqu’il élève ses fréquences vibratoires pour rejoindre le niveau de langage du Soi, il est au-delà du temps et de l’espace. Il est uni à L’Un, transcendant la dualité et ses manifestations.

Alors, chaque être humain est capable de trouver sa voie, par sa propre guidance, en totale autonomie. Suivre sa propre voie de cette façon, c’est retrouver sa liberté d’être, sans succomber aux diktats uniformisant les modes de pensée.

Dans cette démarche singulière, pourtant individuelle et cependant harmonisée avec la collectivité, les Heyoka sont des maîtres-initiateurs parmi d’autres. Assumer avec paix notre singularité est la meilleure façon de contribuer au Tout. Car Sa Richesse est la Diversité. L’équilibre de cette diversité s’harmonise par le respect des Lois d’Interdépendance et d’Impermanence.

Donc, l’autonomie dans la liberté d’être soi génère la liberté de l’autonomie pour tous. Cultiver en conscience le déploiement de nos capacités humaines nous conduit à cette autonomie et liberté.

La Foi en nos capacités et potentialités

En évoluant dans le développement et la mise en pratique de nos capacités, nous sortons des croyances limitantes et obsolètes. Cette libération des carcans mentaux, se produit par l’observation et la constatation. Il ne manque plus que la reproduction de ces expériences pour en faire une science. Et la pratique quotidienne nous donne cette opportunité. Car les sciences sont un champs de découverte et d’apprentissage en mode empirique.

Notre « véhicule de matière » est autant un temple qu’un merveilleux laboratoire d’expériences pour la conscience ; tout comme la Mère Terre et toute la Création.

Plus nous avançons et éveillons notre conscience à ce fait, et plus nous confortons la constatation que « tout est juste et parfait ici et maintenant à chaque instant » ; et que « rien de réel ne peut-être menacé ».

Dans ce cheminement d’évolution, la peur n’a plus de raison d’être. Car elle n’a pas d’existence par elle-même, se nourrissant de l’attention et des croyances mentales. Le mental s’efface alors, et quitte la quête de contrôle pour reprendre sa juste place « d’interface de réalisation ou d’exécution concrète ». Ainsi, l’Amour véritable et inconditionnel, envers soi-même et les autres, peut reprendre la sienne ; pour nous guider sur un chemin de paix et de bonheur.

Sur un tel Chemin illuminé d’Amour, la Voie de Tous les Possibles est pleinement ouverte, sans obstacle durable ni insurmontable.

Les obstacles

Le message de l’obstacle

La question des obstacles est souvent stigmatisée comme une entrave négative ou inébranlable.

Alors qu’un obstacle sur le chemin est avant tout un indicateur, le porteur du message « stop ».

Les obstacles peuvent soit être extérieurs à nous, soit inhérents à nous-même.

Dans tous les cas, ils imposent un arrêt momentané, avant de poursuivre dans la même direction, ou de changer de direction. Ils surviennent soit lorsque nous ne sommes pas sur le bon chemin, soit lorsque nous ne sommes pas encore prêts à poursuivre ce chemin.

« Lorsque tu ne sais où aller à la croisée des chemins, assieds toi et écoute ton Cœur dans la patience ».

Proverbe Marocain

La (non)action créative face à l’obstacle

Tout est cycle, et l’avancée n’échappe pas à cette Loi des Cycles

Nous ne pouvons pas avancer indéfiniment, la « tête dans le guidon » ; car tôt ou tard on rencontre un mur.

Pris dans l’action et la volonté d’arriver au but, nous perdons souvent le lien à l’écoute intérieure, l’observation de nos ressentis. L’obstacle nous impose un arrêt, nous donnant l’opportunité d’y faire un retour.

Ce qui crée la durée en toute chose, qu’il s’agisse de relation, de projet ou d’entreprise, c’est la répétition des cycles. Savoir suivre le rythme des cycles naturels, c’est la Voie de l’Harmonie. Celle qui permet un maximum d’efficacité avec un minimum d’effort. C’est la Voie de l’Intelligence du Cœur.

Avant de savoir, nous ressentons

Lorsque nous perdons cette attention aux ressentis, nous oublions « que nous ne savons rien ».

En revenant à cette conscience de notre ignorance, de « ce que nous ne pouvons pas savoir » du « Plan parfait », et en acceptant ce fait, nous nous ré-ouvrons à l’innocence. Par cette innocence, du non-savoir dans l’humilité, nous nous ré-ouvrons aux guidances du Soi. C’est « remettre ce qui nous dépasse » dans les mains de l’Intelligence de l’Univers, dans le lâcher-prise et la Foi.

Lâcher-prise quand nous ne pouvons agir, c’est savoir se ressourcer au moment le plus opportun. Ainsi, on se prépare de la meilleure des façons au début du cycle nouveau qui arrivera inévitablement. Car chaque fin est suivie d’un nouveau commencement. Chaque blocage de flux est suivi de son déblocage, et de la libération d’un grand afflux.

C’est en cela que la Perception prévaut sur l’Expression. Car la perception en conscience se suffit à elle-même pour activer notre alchimie intérieure. L’Expression est facultative, elle permet de communiquer verbalement l’expérience. Mais cette information de l’expérience se transmet aux autres même dans le silence, juste par notre état d’être. La transformation profonde est « visible à l’extérieur », car c’est une radiance puissante ; bien plus que les mots ne pourront le dire. L’État d’être certifie lui-même les transformations qu’il a vécu, nul autre besoin d’autres preuves.

Et ainsi, chaque obstacle est là pour renforcer la Foi

Chaque obstacle renforce la Foi, non pas de pouvoir réaliser ce que notre tête a décidé « qu’il était bon pour nous de réaliser ».

Mais il renforce la Foi en la Voie de Tous les Possibles, qui s’ouvre en résonance, pour nous guider vers ce que le Soi Sait être le meilleur pour nous. Cette guidance concerne tous les aspects de l’intention profonde et intime qui émane de notre for intérieur.

Par cette ouverture du lâcher-prise confiant, nous devenons alors réceptifs. Parce que l’absence de contraction, ou de tensions, crée l’ouverture et l’expansion de conscience. Nous sommes alors prêts à accepter les remises en question de nos projections.

Car vouloir absolument réaliser quelques chose, de la manière dont nous l’avons décidé, et dans les temps que nous nous sommes impartis pour le faire, n’est peut-être pas la meilleure voie pour nous. Mais cela, la tête ne le sait pas et ne peux le savoir véritablement. Seul le Cœur en a connaissance, au-delà de tous concepts.

L’enseignement de l’obstacle

Seul le mental projette, alors que le Cœur pressent et ressent

L’entêtement de la tête ne fait qu’accroître les souffrances ; alors que la souplesse du Cœur ouvre les voies des possibles.

Cette souplesse est la force de l’Eau, qui trouve toujours l’issue de son chemin par la fluidité ou la transformation. Et l’Eau est capable de creuser et de fendre les roches les plus dures par ses propriétés uniques parmi les Éléments. La volonté rigide de la tête ne peut ni rivaliser, ni égaler la fluide puissance du Cœur.

C’est pour cela que la voie du Cœur, celle de l’Amour, est toujours la plus simple et la plus fluide. C’est la voie de l’Être originel, centré et aligné avec le Tout.

Du sens de l’Éthique naît l’Harmonie, et de l’Harmonie −la véritable beauté−, naît l’efficacité

La beauté du Chemin de l’Amour n’est pas une grâce esthétique, car elle n’est pas faite d’ornements extérieurs. Elle est manifestée par la Lumière intérieure de l’Être, par l’éthique de l’Amour.

Cette éthique nous lie à l’Art de Vivre, tel un artiste de la Vie que nous sommes originellement. La véritable beauté est l’Art. Parce qu’elle émane des profondeurs de l’éthique, de l’harmonie du Cœur. Et cette beauté là, irradie même dans l’immobilité et le silence. Elle Est la Vie dans l’Harmonie. Rien ne peut être plus puissant et efficace dans le bien, que cette beauté authentique.

Alors, sens la Beauté en toi. Puis suis ton Chemin de Beauté.

Que la Beauté soit en toi, devant toi, derrière toi, à ta droite, à ta gauche, au-dessus, au-dessous, et tout autour de toi.

********

→ Rejoindre le Canal Telegram : https://t.me/suishoreikido

※ Tu peux partager cet article, à condition qu’il ne soit pas modifié, et d’en mentionner :

  • le copyright et sa source (©Franck Cohendet),
  • la marque (Suishō Reikidō®),
  • et l’hyperlien ou URL du Site Internet (https://suishoreikido.org).

Merci.

© Franck Cohendet Mars 2023 – Morlaàs, Pyrénées-Atlantiques, France

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 113

No votes so far! Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *