Développer la Maîtrise du Pouvoir de Manifestation

5
(75)
Article "Développer notre Pouvoir de Manifestation" - Blog Suishō Reikidō® - Franck Cohendet - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/ - Crédit image ©Sonoko_N @pixabay
Développer notre pouvoir de manifestation – ©Sonoko_N @pixabay

Retrouver la maîtrise du pouvoir de Manifestation

L’étape cruciale et actuelle d’évolution dans laquelle l’humanité entre est celle de la Maîtrise du Pouvoir de Manifestation. La clé 5D de la reconstruction individuelle et collective est là.

Cette capacité inhérente à l’humain est aussi nommée la Manifestation heureuse ou l’Exaucement de la prière. Un post avait été déjà publié sur le Canal Telegram en 2023.

Pour s’ouvrir en conscience à ce Champ de tous les Possibles, nous avons à continuer et à terminer de nous libérer, et de nous délester de nos fardeaux mémoriels obsolètes et limitants.

Les énergies actuelles nous amènent à libérer tout ce qui encombre et perturbe notre bien-être.

Car notre Çakra du Cœur est en train de s’ouvrir comme jamais. Du moins c’est l’accomplissement ascensionnel que nous avons tous à accompagner en conscience maintenant. Les circonstances et les énergies lumineuses, cosmiques et multidimensionnelles, nous invitent et nous aident à le faire.

Ceci dit, et en vertu de la Loi du Libre-arbitre, c’est à chacun(e) de faire son choix pour décider d’orienter en ce sens le développement de conscience dit « développement personnel ».

SOMMAIRE DES CONTENUS Masquer
4. Mettre en pratique le développement de la maîtrise de notre Pouvoir de Manifestation

Les miracles de la Vie

Expériences et expérimentations, entre miracle et fiasco

Dans ma vie, j’ai parfois manifesté de petits et de plus grands miracles. Et d’autres fois j’ai échoué en produisant le fiasco.

Cela m’a amené à réfléchir et à chercher les clés de la maîtrise de la manifestation, comme beaucoup d’autres. J’ai été ainsi poussé à découvrir à travers mon expérience quels en sont les « ingrédients de Réussite ».

L’Intention cachée ou intime

Je me suis rendu compte que lorsque j’avais produit un fiasco, je l’avais finalement souhaité plus ou moins inconsciemment.

Mon Cœur l’avait souhaité, non ma tête. Le Cœur émet l’Intention, la tête émet la volonté.

Ainsi fût donc son souhait, car c’est par l’erreur qu’on apprend encore plus vite et plus sûrement, d’autant plus lorsque l’échec est cuisant. Et le Cœur, trône de l’Âme, sait comment nous stimuler dans notre apprentis-sage lorsque cela s’avère nécessaire ; comme lorsqu’on est « hors timing » par exemple.

« On ne sait pas ce qu’on ne sait pas », mais le Cœur lui, Sait. L’Âme évalue le chemin à parcourir et le temps qu’on a pour le réaliser. Le mental ne peut saisir ces notions abstraites et pourtant ultra-précises de planification intemporelle de notre chemin de vie.

La tête ne peut ce que le Cœur ne veut

Il en est de même lorsque des miracles s’accomplissent.

C’est bien du Cœur d’où émane cette puissance de l’Intention, qui produit la manifestation.

« La tête ne peut ce que le Cœur ne veut » ; et le Cœur arrive toujours à ses fins, tôt ou tard, mais toujours au moment le plus juste.

Sa suprématie vient du fait qu’il traduit et manifeste les souhaits de notre Âme, et du chemin qu’elle a choisi de suivre.

Ceci explique qu’il ne suffit pas de répéter à longueur de journée des affirmations positives, pour manifester un souhait. Manifester, c’est créer. Et seulement imaginer de créer ne crée pas. Un artiste qui se contente d’imaginer sa création en attendant qu’elle se manifeste ne crée rien.

C’est en ce sens que nous avons à retrouver nos capacités créatrices dans la matière, pour pouvoir manifester. Un article du blog expose déjà cet état d’Artiste qui réside en chacun de nous : « L’Art de Vivre, ou l’Art comme État d’Être« . Ainsi nous sommes tous des Artistes de la Vie ; comme des « Bouddha vivants » qui s’ignorent. Cet état, entièrement lié à la Conscience Christique, est en attente de réalisation, en latence en chacun(e).

Ce qu’on appelle le Miracle

Par miracle, on nomme ce qui est bénéfique et bienfaisant ; et qu’on ne sait expliquer, qui arrive de manière plus ou moins inattendue.

Cependant, les temps présents nous amènent indubitablement à prendre conscience. Ils nous guident, par la voie et la voix du Cœur, à comprendre que tout n’est qu’Énergie, Amour, Pure Information ; synchronicité et résonance fréquentielle.

Ainsi, la Vie, en notre être et tout autour de nous, jusqu’au confins du Cosmos, est un miracle permanent. La Vie est véritablement le fruit de la Maîtrise Suprême de Manifestation du Grand Mystère. La Vie est en elle-même un Maître absolument implacable.

Pour s’en rendre compte, il suffit d’imaginer les milliards de cellules qui s’activent dans notre corps physique pour le garder en vie. Alors, à partir de là on peut commencer à imaginer les milliards de milliards d’atomes qui composent ces cellules et ce corps. Ainsi que la multitude des échanges énergétiques d’une violence inouïe, qui s’opèrent aux niveaux atomique et subatomique.

Tout cela se passe dans l’Ici et Maintenant, à chaque fraction de seconde. La Vie est un infini miracle ininterrompu de chaque instant.

Voyons maintenant quelques unes des clés et capacités à développer pour parvenir à cette maîtrise du pouvoir de manifestation.

Être dans la pleine Ouverture de Conscience

Le Principe de l’Ouverture

Ouvrir notre Cœur, c’est être Ce Que Nous Sommes véritablement.

C’est-à-dire être originellement authentique, au-delà de tous les formatages, conditionnements et croyances erronées et limitantes accumulées et mémorisées jusque dans nos cellules. C’est être au-delà de tous les masques psychosociaux que nous avons accepté de porter, parfois sans en être conscients.

Tous ces encombrements sont apparus au fur et à mesure de la construction de notre personnalité.

Ils sont donc tous liés à l’Ego et au couple émotionnel-mental auquel l’ego s’identifie (avec le corps physique). De ce fait, ils n’ont pas d’existence par eux-mêmes. Car les croyances de l’ego n’existent pas par elles-mêmes, mais seulement par la force et l’énergie mentale que nous leur octroyons, automatiquement et inconsciemment.

Cet état de conscience égotique est devenu notre normalité au fur et à mesure que nous avons grandi. C’est la représentation que nous avons de nous-mêmes, à travers nos croyances. Cette normalité s’est tellement ancrée dans le temps, que cela explique l’effort constant et persévérant que nous avons à fournir pour nous en émanciper. Il est cependant si crucial de sortir des carcans de l’Ego, pour retrouver notre liberté originelle, celle du Soi.

Concentration de l’Attention et Pouvoir de l’Intention

En maîtrisant en conscience ce que nous nourrissons en nous, en observant avec attention et détachement nos pensées, nos émotions et nos croyances, nous pouvons nous réapproprier pleinement le pouvoir de notre libre arbitre.

Car en étant pleinement conscients −dans l’Ici et Maintenant− de nos centres d’Attention, nous sommes en mesure de diriger consciemment le Pouvoir de notre Intention.

Article "Développer notre Pouvoir de Manifestation" - Blog Suishō Reikidō® - Franck Cohendet - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/

Mettre en pratique le développement de la maîtrise de notre Pouvoir de Manifestation

Voyons maintenant quelles sont les pratiques comportementales conduisant à cette réappropriation de notre maîtrise du pouvoir de manifestation.

Cultiver et maintenir l’équilibre et l’Harmonie

Manifester en conscience implique inévitablement d’établir et de maintenir un haut niveau de fréquence vibratoire, et donc un niveau de conscience élevé

Nous avons déjà vu dans d’autres articles de ce Blog (comme celui-ci), que pour élever notre fréquence vibratoire et notre niveau de conscience en conséquence, nous devons être « Centrés et Alignée ».

Paix = Lâcher-prise = Foi

Ce centrage et cet alignement nous ancrent dans un état de Paix et de Lâcher-prise.

Le Lâcher-prise est inséparable de la Foi, car il est la résultante de la force de notre Foi.

Cependant, je tiens à préciser que la Foi véritable n’a rien à voir, ni avec des croyances conceptuelles, ni avec une dévotion essentiellement mentale, dogmatique ou ostentatoire. (cf. ci-après « Le Pouvoir de la Foi »)

Par la Foi véritable, on ne croit pas ; mais on Sait.

Car on ressent alors avec une certitude absolue, le pouvoir de réalisation et de manifestation de notre Foi. On le ressent par et dans la totalité de notre être.

La pureté et Lumière de la Foi véritable

La Foi dont je parle est un état d’abandon total, dans un état de confiance infinie.

Elle est donc quelque chose qu’on Ressent avec la totalité de notre être. Plutôt qu’un principe ou un concept auquel on pense et auquel on croit.

La Foi véritable est Pure. Car la moindre once de doute ou de peur ramène le pouvoir de la Foi à néant. Les livres saints le révèlent tous à leur manière, et c’est une réalité. (cf. ci-après « l’Exaucement de la prière »)

Le doute comme moyen d’apprentissage

Cependant, le doute n’est pas forcément négatif, s’il est temporaire.

Car c’est par le pas-sage à travers les périodes de doutes et de craintes, que peu à peu nous renforçons notre foi. Nous traversons de telles expériences jusqu’à ce que notre Foi ne connaisse plus ni doute ni peur.

Pour transcender peurs et doutes, nous avons à les confronter.

Si nous les fuyons, ils prennent de plus en plus d’ampleur et d’influence, et il est alors de plus en plus difficile de leur faire face. Parce qu’ils prennent de plus en plus de pouvoir sur nous ; ils nous dominent.

En fait de confrontation, il ne s’agit pas de lutter contre, ce qui les renforce également.

Mais seulement de les observer, avec détachement, en acceptant leur présence. La peur comme le doute n’ont pas d’existence non plus par eux-même. Si le mental et l’émotionnel cessent de les nourrir de leur attention réactive, il ne peuvent subsister.

Une pratique simple d’acceptation, observation, accueil et gratitude

1→Accepter inconditionnellement Ce Qui Est ; que ce soit agréable ou pas. Seulement lâcher-prise, relâcher les tensions créées par la résistance et le refus d’accepter.

2→En cet état d’acceptation et d’observation, se connecter à ces peurs et doutes ; ainsi qu’à notre Cœur/Soi/Âme, à Dieu/Le Tout/La Source ou à Ses serviteurs dévoués, les Archanges, les Anges…

3→Puis demander à être libéré(e) de ces doutes et peurs, tout en remerciant la fonction qu’ils ont remplis jusqu’ici, et l’enseignement par l’expérience qu’ils ont suscité. Tout en précisant qu’ils ne nous appartiennent pas et qu’on n’a plus besoin de leur présence. Puisqu’on a accepté de les reconnaître et de les observer, afin de terminer cet apprentis-sage qui leur est lié.

Une fois qu’on est conscient de ces causes qui créent des blocages et des tensions (stress), nous n’avons plus besoin de l’information nous annonçant leur présence et existence, et nous mettant la pression lorsqu’on refuse de les observer. Cette information peut donc être libérée, ayant rempli son rôle.

Ce n’est qu’en acceptant, puis même en accueillant « les bras ouverts » nos blocages, que nous pouvons commencer à œuvrer pour les transcender. Tenter de simplement les nier ne les libère pas pour autant et ne permet aucune transformation libératrice.

Au contraire, cela bloque le processus d’Apprentis-sage [Acceptation-Accueil / Transmutation / Libération]. Car notre Cœur sait qu’il réside ces dysharmonies en nous. Même si le mental essaie d’en faire abstraction, elles continuent de créer la dysharmonie par le décalage de l’alignement qu’elles génèrent.

Le pouvoir de la Foi

Une Foi sans faille est le moteur optimal pour cultiver Paix, équilibre et harmonie, en notre être holistique, et dans notre vie en conséquence.

La Foi n’a rien à voir avec la religion, car la Foi n’est pas la croyance

Avoir la Foi, c’est savoir que quoiqu’il arrive, nous parviendront à réaliser nos aspirations profondes pour le meilleur, ou le plus juste. Cet état de conscience est possible à partir du moment où nous sommes convaincus de notre légitimité à les voir se réaliser et à les recevoir.

Nous savons et ressentons que nous traverserons les épreuves, les blocages, les attentes, et parviendront finalement à notre but.

On peut donc être dans cette Foi véritable, que l’on suive ou soit inscrit(e) ou pas dans un courant religieux.

Certes, les Prophètes et les Messagers ont accompli des miracles. Mais étaient-ils alors soucieux de suivre les dogmes qui sont arrivés à leur suite, par l’instauration de courants et d’institutions religieuses (suivre le savoir de la croyance) ? Ou bien étaient-ils simplement et uniquement dans l’Attention de préserver la finesse de l’Accord relationnel, entretenu avec L’Unité absolue (ressentir la Vérité de l’Amour/Lumière en eux) ?

Article "Développer notre Pouvoir de Manifestation" - Blog Suishō Reikidō® - Franck Cohendet - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/ - Crédit image ©Chil Vera @pixabay
Moshé / Moussa / Moïse ouvrant les Eaux de la Mer – ©Chil Vera @pixabay

J’ai rencontré beaucoup de personnes se disant ou se pensant « athées », mais qui en fait avait une Foi immense. Ils avaient foi en la Vie, en l’Humain et ses nobles valeurs parfois, sans pouvoir accepter l’aspect de Dieu tel qu’il a été conceptualisé par l’Église chrétienne ; par exemple.

Ce sont donc des gens qui réfutent les dogmes religieux et ce qu’ils en ont reçu, mais qui en fait sont profondément en lien avec l’Unité absolue du « Grand Mystère ». Et très souvent, ils sont dans la véritable Foi −même sans en avoir vraiment conscience−, car ils sont libérés des carcans dogmatiques et religieux.

Dans le Cœur de ces gens de Cœur, il n’y a pas de division discriminatoire, mais l’Union dans l’unicité de la compassion universelle. Leur credo est alors fondé sur la qualité des valeurs humaines qu’ils incarnent. Leur connexion profonde et intègre à la Réalité absolue de l’Un est « leur état naturel », souvent non conscientisé ou à peine. Car ils ne s’identifient pas aux aspects dogmatiques des religions tels qu’ils les ont connus et perçus.

Être dans la Foi, c’est retrouver cette innocence de l’Enfant, de l’Animal ou du Végétal

L’enfant se lève sur ses jambes dès qu’il en est capable, pour marcher debout.

Il tombe, retombe encore, mais il ne se pose à aucun moment la question « vais-je réussir à marcher ? ». La marche est dans sa nature, et il se lèvera et retombera jusqu’à y parvenir. Cela ne crée absolument aucun doute en lui. Même si parfois il pleure de tomber, il se relève toujours en fournissant une énergie considérable pour y arriver.

L’Animal, ne se soucis jamais ni de vivre, ni de mourir et de ce que sera demain.

Il Est, seulement dans l’instant présent. Il cherche à manger lorsqu’il a faim et trouve de quoi se nourrir. L’Intelligence de l’Univers, l’Esprit divin, le pourvoit comme toutes les créatures qui vivent en harmonie avec la Nature. Il cherche un endroit où il se sent en sécurité pour dormir lorsqu’il est fatigué. L’Animal est serein car il considère le monde avec innocence et dans sa totalité. Il respire l’espace, la lumière, le vent, la nuit, le soleil, la lune, les étoiles, … Tous les animaux sont dans l’Ouverture.

L’Arbre ne se pose pas plus de question sur ce que sera son avenir.

Il pousse, ancre ses racines et étend ses branches de manière équilibrée, au rythme des énergies naturelles. Il entre en résilience lorsque l’Eau tombant du ciel se fait rare, lorsque le froid de l’hiver arrive. Et il explose d’abondance et d’opulence lorsque les conditions sont pleinement favorables à son expansion. Il s’adapte aux circonstances naturelles, sans nourrir aucun doute à aucun moment, sur son succès à prospérer, à croître et à vivre en ce monde le temps qu’il lui est alloué.

L’expérience de vie, miroir de résonance fréquentielle de nos états et de nos croyances

Tous les êtres dans cet état d’innocence originelle, de pureté d’Être, sont heureux. Car ils n’ont pas de doute ni de peur sur leur chemin de vie. Ils sont, vivent, vibrent et irradient l’Amour / Lumière.

Ils sont dans la Foi véritable en permanence et expérimentent l’extase de la Vie.

Les fréquences vibratoires de l’être holistique et du système nerveux de l’Enfant

L’extase de l’innocence

Un enfant connais cet état d’extase en moyenne plusieurs fois par minute. Lorsque nous sommes adultes, combien de fois cela arrive-t-il chaque année ?… En moyenne cela se réduit à (bien) moins de 5 fois par ans… lorsque cela arrive !

La fréquence vibratoire générale (l’être dans sa totalité multidimensionnelle) d’un enfant nouveau né est en moyenne de 210 Hz, lorsqu’il est en état de veille. Cette fréquence correspond au champ des ondes des hautes fréquences de l’état vibratoire Gamma du système nerveux « de la tête » (ondes cérébrales).

L’Enfant est donc doté d’une colossale énergie lumineuse, puisque la hauteur de la fréquence hertzienne de l’être dans son ensemble définit le taux de Lumière photonique, par connexion aux hautes fréquences. Ainsi, l’enfant est spontanément dans la joie, l’émerveillement, l’imagination, … et l’innocence.

Fréquences d’ondes neuroélectriques cérébrales rythmiques, et fréquences d’ondes holistiques de l’être dans sa totalité

Par fréquence vibratoire générale ou holistique on inclut l’activité de l’ensemble du système nerveux, dont celle du cerveau, du Cœur et de l’abdomen. Ce sont des zones qu’on nomme aussi « les 3 cerveaux ». Leur activité impacte l’ensemble de notre être, donc l’Être « holistique ».

Les mesures fréquentielles des ondes Delta (1Hz – 4 Hz), Thêta (4 Hz – 8 hz), Alpha (8 Hz – 12 Hz), Beta (12 Hz – 35 Hz) et Gamma (au-delà de 35 Hz) ; sont des mesures de nos rythmes cérébraux. Ils ne concernent donc que le cerveau « de la tête », et non les autres centres du système nerveux de notre corps, comme le Cœur et l’abdomen, qui sont eux aussi très productifs d’ondes neuroélectriques rythmiques.

L’imprégnation subconsciente d’informations qui deviennent des programmations subconscientes
Chez l’Enfant

Durant le dernier trimestre de la grossesse et durant environ nos 7 premières années, les ondes cérébrales basculent très souvent, même en état de veille, en ondes Thêta, soit entre 4 Hz et 8 Hz. Cette fréquence permet l’imprégnation subconsciente, car la fréquence « d’accès » au subconscient vibre en ondes plus longues et moins rapide. L’activité du cerveau de la tête baisse pour laisser plus de place à l’activité des cerveaux du Cœur et de l’abdomen.

Les ondes cérébrales Thêta génèrent un état de relaxation profonde, associé à l’hypnose ou au sommeil paradoxal. Ce niveau de fréquence est le moyen qu’a le cerveau pour apprendre, en intégrant des informations qui deviennent des programmations subconscientes, tout en régulant et équilibrant l’activité des deux hémisphères cérébraux.

Lorsque l’enfant s’endort la fréquence des ondes cérébrales changent en ondes Delta (1 Hz à 4 Hz), ce qui lui permet d’avoir une récupération d’énergie accélérée, qui sert également la création abondante de cellules.

Chez l’Adulte

Chez l’adulte les ondes varient également en fonction de l’activité durant l’état de veille, et aussi durant les différentes phases du sommeil.

La fréquence vibratoire cérébrale Thêta est celle que génère Zazen par exemple, la méditation assise du Zen, à ses prémisses. Zazen amène aussi l’activité neuro-électrique rythmique cérébrale à l’état Delta (1 Hz à 4 Hz), lorsque la méditation est plus profonde. L’activité du cerveau de la tête (conscience mentale) s’évanouit peu à peu, pour laisser place à l’état de conscience « Hishiryō » (« penser sans penser/pensées »). C’est alors le cerveau de l’abdomen, puis celui du Cœur qui s’activent dans leurs propres fréquences vibratoires. Le subconscient « remonte en surface » et se connecte à la supra-conscience du Soi ou de l’Âme, puis du Cosmos.

L’état hypnotique de l’enfance permettant « d’apprendre le monde » en profondeur

Enfant, nous sommes telles des éponges, absorbant toutes les informations environnantes.

Nous sommes en état quasi permanent d’apprentis-sage hyper-intense, par cet état de conscience hypnotique des fréquences d’ondes Thêta. L’état de conscience en fréquence Thêta est ce qui explique qu’un enfant puisse si facilement unir la réalité physique aux réalités parallèles. Il bascule entre ces dimensions, ouvertes et communicant via l’imagination et l’inspiration. Par exemple, comme lorsqu’un enfant se verse un thé imaginaire dans une tasse, fait mine de le boire et se délecte en disant que « c’est le meilleur des thés ».

Les fréquences vibratoires de l’être holistique et du système nerveux de l’Adulte

Les basses fréquences vibratoires de l’activité neuroélectrique et rythmique cérébrale

La fréquence vibratoire d’un système nerveux adulte varie généralement de l’état Alpha (8 à 12 Hz). Elle peut monter au-dessus de 35 Hz lorsqu’il est inspiré, concentré ou « connecté » (ondes Gamma qui élèvent le niveau de perception et de conscience). Cela dépend de notre état et varie suivant les émotions et pensées que nous nourrissons.

Par exemple, 12 Hz est la fréquence du conformisme dans lequel nous nous sommes construits pour être « adaptés » à la société, telle qu’elle est formatée et uniformisée.

Notre être dans sa totalité (donc l’ensemble des trois cerveaux) vibre de 8 Hz à 10 Hz lorsque nous sommes dans la culpabilité.

La peur fait chuter notre fréquence vibratoire globale entre 0,02 Hz et 2,2 Hz ; la colère entre 0,5 Hz et 1,4 Hz.

En fait, dans ces niveaux de fréquences, tout en étant en état de veille, nous sommes déconnectés, comme en léthargie lumineuse, et (en)fermés « en vase clos » avec nos émotions et pensées nocives. La rumination mentale est effectivement un poison, une onde neuroélectrique qui génère chimiquement des toxines. Ainsi nous vibrons cérébralement sur les basses fréquences du lâcher-prise et de la relaxation, voire du sommeil paradoxal, tout en étant en état de veille « excité » par les tensions (le « stress »), donc sans être ni dans la relaxation et le lâcher-prise.

Les hautes fréquences connectant notre conscience à la Lumière

Être dans la Gratitude élève la fréquence vibratoire de notre être à 150 Hz, la générosité à 95 Hz.

Tout est vibration, tout est énergie, et tout a une fréquence vibratoire spécifique. Que ce soit nos états de conscience, nos organes, les plantes, les lieux, les planètes, les étoiles…

Michel Gautier a passé sa vie à faire des recherches à ce propos et continue, en partageant les fruits de son expérience lors de conférences.

Lorsqu’on se réfère aux hautes fréquences en lien aux hauts niveaux de Lumière pouvant vibrer en nous (liées aux ondes Gamma de l’activité neuroélectrique et rythmique cérébrale), ces données en Hertz sont explicites. Elles démontrent l’ampleur du décalage dans lequel nous plongeons en devenant adultes, par rapport à nos états de conscience et vibratoires d’innocence originelle.

Un processus de connexion, par le lien indéfectible qui existe entre l’infiniment petit et l’infiniment grand

La méditation tel Zazen, nous permet de nous connecter à ces hautes fréquences de manière holistique, tout en faisant baisser notre activité cérébrale, et donc la fréquence des ondes cérébrales. Cette connexion aux hautes fréquences nous met en lien direct avec le subconscient, puis la supra-conscience.

L’infiniment petit rejoint l’infini grand.

C’est une loi quantique qui, bien avant déjà, était connu comme un des principe bouddhistes et ésotériques. Les basses fréquences cérébrales sont donc le signe que notre activité consciente s’édulcore. Nous nous relaxons ainsi de toute tension mentale jusqu’à faire plonger la conscience dans le subconscient. Dans les profondeurs du subconscient, c’est non plus notre cerveau de la tête, mais notre Cœur qui se connecte, via l’épiphyse, à la conscience du Soi, puis à la supra-conscience cosmique.

Les cinq dernières minutes et les cinq premières minutes…

L’ouverture des portes du subconscient, sans la méditation

Dans cet état de paix profonde, les portes du subconscient sont alors ouvertes, ce qui nous permet de pouvoir transformer les programmations qui y résident. Et on peut aussi imprégner ce subconscient de nouvelles valeurs, et de nouveaux souhaits d’expérience de vie.

Ce moment, nous le traversons tous, sans faire Zazen.

Il s’agit des cinq dernières minutes avant que nous nous endormions le soir, et les cinq premières minutes lorsque nous nous levons le matin. Ces courts moments sont cruciaux, car ils sont des instants de pleine ouverture sur le subconscient.

La puissance du subconscient qui ne dort jamais et qui impose ses programmations à 95% de notre temps

Le subconscient décide et dirige notre vie au quotidien.

C’est pour cela que la pensée positive ou la répétition de prières dans un état conscient de veille ne peut que difficilement changer quoi que ce soit en nous, et dans notre vie.

C’est bien insuffisant pour déprogrammer et reprogrammer les données du disque dur que représente notre subconscient. Le conscient lui serait plutôt l’écran de l’ordinateur, ce qui se voit en surface. Mais tout ce qui se passe sur l’écran, vient du disque dur et du processeur.

Les moments idéaux pour acter une transformation en profondeur

Donc, ces instants de connexion à la profondeur de notre être, sont les instants idéaux pour pratiquer le développement de notre maîtrise de la manifestation.

Si, avant de nous endormir, nous ruminons tout ce qui nous a causé de la peine ou des sensations désagréables durant la journée, nous ne faisons que dire à notre subconscient : « ok, on va continuer à vivre ce genre d’expérience ».

Alors que nous concentrer sur ce que nous souhaitons véritablement vivre, durant ces cinq dernières minutes avant le sommeil, et les cinq premières minutes dès le réveil, lui donne de nouvelles informations pour orienter notre expérience de vie dans cette direction.

Le soir, avant de nous endormir, laisse entre 7 à 8 heures en moyenne à notre subconscient pour qu’il œuvre durant notre sommeil à « changer les lignes comportementales », ce qui amènera nos lignes temporelles à se transformer en conséquence.

Au réveil, se concentrer sur les mêmes aspirations a l’effet de les raviver pour la journée. Cela donne l’impression d’ailleurs de restimuler une expérience déjà vécue et connue, et ne fait que renforcer la force de notre Intention, dans l’orientation de nos choix.

L’attitude idéale pour acter une transformation en profondeur

Enfin, « penser » seulement à ces choix n’est également pas suffisant, même durant ces instants d’ouverture à notre être intérieur.

Il est absolument essentiel de ressentir l’état dans lequel nous serons, le jour où ce que nous souhaitons manifester se réalisera. Car les émotions, ont la force d’ancrer toute expérience comme réelle dans le subconscient.

L’union des pensées, des émotions et des sentiments liés à ce que nous souhaitons vivre est une des clés de manifestation.

Ce point est développé plus en avant ci-dessous.

L’impact de nos états vibratoires sur notre expérience de vie

Tout est fréquence, énergie et vibration ; et tout est interdépendant et lié. Il n’y a pas de séparation ni de cloisonnement entre ce que nous vibrons, et ce qui se produit dans notre expérience de vie.

Les Loi cosmiques et immuables d’Interdépendance et d’Impermanence

Une des Lois immuables du Cosmos est l’Interdépendance.

Loi physique prouvée par la Physique quantique, par la démonstration du phénomène d’intrication quantique. L’intrication (ou enchevêtrement) quantique est un phénomène dans lequel les propriétés des particules sont corrélées d’une manière qui ne peut être expliquée par la physique classique. ; c’est une connexion instantanée entre particules qui défie la logique classique de la réalité. Deux particules intriquées ne forment plus qu’un seul système solidaire dans l’espace, quelle que soit la distance qui les séparent.

Le Bouddha Shakyamuni a transmis cela il y a bien longtemps déjà.

Cette loi d’Interdépendance va de paire avec une autre loi enseignée par Shakyamuni, celle de l’Impermanence. « Il n’y a de permanence que dans l’Impermanence » avait-il dit.

Les conséquences de ces Lois dans notre vie quotidienne

Ceci rapporté à notre chemin de vie, explique que les interactions entre « notre for intérieur » et l’expérience « externe » de vie sont en mouvement permanent, et surtout indubitablement liés et inséparables.

C’est ce qui explique que s’efforcer de contrôler la réalité « externe », c’est mettre « la charrue avant les bœufs ».

Pour pouvoir opérer un changement ou une transformation durables, qui se manifestent dans notre expérience de vie, il est nécessaire de se centrer sur l’accomplissement des transformations en notre alchimie interne.

L’Intention de notre Cœur, reléguée par la volonté mentale, puis transformée en actions, est le processus naturel d’expansion, de réalisation et de manifestation de notre libre-arbitre. Ce libre-arbitre transforme et manifeste nos choix en expériences de vie.

Cela nous permet de constater très simplement à quel point la Matière et tout ce qui y est manifesté, n’est que le produit du germe et de la force de l’Esprit.

En résumant ainsi tout ce chemin de manifestation, il est évident qu’il n’y a aucune séparation entre Esprit et Matière.

Ce principe est un autre enseignement fondamental du Zen :

La forme/les phénomènes et le Vide s’interpénètrent. 

La forme (« Shiki ») est Vide (« Kū ») ; et le Vide est forme : 

« Shiki Soku Zekū, Kū Soku Ze Shiki ». (en Japonais)

Hannya Haramita Shingyō – Le Sūtra du Cœur (extrait)

Tout est Résonance et Interdépendance dans l’Impermanence. À ce titre, nous pouvons affirmer « Nous Sommes Un ».

Être sans attente, sans procrastiner

Nous ne pouvons espérer créer un changement, ni une transformation ni une manifestation, en confondant la non-attente et l’immobilité de la procrastination. Le détachement de la non-attente n’est pas incompatible avec l’engagement.

Le détachement ou non-attente

La non-attente, soit le détachement, est l’absence de projection de contrôle du mental sur les faits « externes ». Une fois que notre Intention est émise, nous avons à nous en détacher pour la laisser faire son chemin.

Cela distingue la volonté liée au mental de l’Intention profonde du Cœur. La volonté se disperse en cherchant le contrôle « à l’extérieur », alors que l’Intention est centrée sur l’Attention du ressenti « intérieur ».

C’est un peu comme lorsqu’on met un courrier à la boîte aux lettres de La Poste.

Quand on l’a postée, on Sait qu’elle va être envoyée, acheminée et distribuée. À aucun moment on cherche à suivre son acheminement pour savoir à tous moments si elle prend la bonne direction. Bien qu’aujourd’hui on ait la possibilité de la faire, pour un courrier ou un colis, avec le suivi numérisé. Cette fonction permet surtout d’anticiper et d’avoir la confirmation de son arrivée à bon port.

Ce que je vaux dire c’est qu’on ne cherche pas à suivre à chaque instant la lettre.

Pour l’Intention, c’est la même chose. Si elle est envoyée avec Foi, on Sait qu’elle atteindra son but, au moment le plus juste ; si on part du principe que « Tout est juste et parfait ici et maintenant à chaque instant ». Mais sans être assis sur ce principe, nous avons vu que la Foi n’est pas entière.

Des scientifiques ont fait une expérience, pour évaluer l’impact de l’influence de l’énergie mentale.

Pour cela, ils ont pris deux personnes pour faire bouillir de l’eau dans une casserole. L’une devait surveiller sans cesse si l’eau bouillait, l’autre devait mettre l’eau à bouillir puis la laisser chauffer, en détournant son attention du processus. L’eau de la deuxième personne s’est mis à bouillir avant celle de la première.

La non-procrastination

La procrastination, c’est être soit dans l’attente, soit dans la fuite tout en attendant une libération

Lorsqu’on émet une Intention afin de manifester un état, une situation ou des éléments, attendre sans rien entreprendre nous ramène à être dans l’attente. Et toute quête de contrôle des faits « extérieurs », fusse-t-elle passive, freine ou bloque le flux de manifestation, en perturbant le phénomène de Loi d’Attraction ou de Résonance.

L’énergie du mental interfère avec les processus naturels

Le seul contrôle que nous puissions réellement exercer, c’est sur nous-même, et plus précisément sur ce que pense notre mental. C’est ce qu’on appelle le pouvoir de concentration, et cette observation disciplinée est un réel pouvoir de libération. Sans cette discipline personnelle, pas de liberté durable.

C’est pour cette raison qu’il est si difficile de comprendre pour celles et ceux qui commencent à apprendre à soigner par le Reiki, à quel point le lâcher-prise ou détachement est si puissant. Plus le mental est présent par son activité, et plus les résultats sont peu probants, voire sabotés. L’Ego est un réel handicap dans l’exercice de la thérapie bioénergétique. Mieux vaut le mettre de côté et l’oublier ; mieux vaut s’oublier.

Engager l’action permet de mettre fin à un cycle pour en initier un autre

Tant qu’on est dans l’attente d’un renouveau, ce renouveau ne peut se manifester.

Car pour se manifester, ce renouveau latent a besoin d’une impulsion. Et cette impulsion, c’est à nous de la donner pour déclencher ce nouveau cycle de vie ou d’expérience de vie.

Pour éviter la stagnation de la procrastination, il est alors préférable de s’engager « sur le chemin » nous conduisant vers l’Ouverture, même si on n’a aucune idée de ce qu’est ce chemin.

En actant ainsi, on active pleinement le pouvoir de la Foi. Car c’est en toute confiance que nous nous lançons sur une nouvelle trajectoire, une nouvelle route, sachant que la Foi guidera nos pas.

Cette guidance survient par l’intuition et les messages subtils de la Vie, du Soi, de l’Âme, de Dieu, du Tout de La Source, des Archanges, des Anges, des Maîtres ascensionnés et autres Êtres de Lumière qui sont nos guides.

Rester donc ouvert et réceptif est capital, c’est le propre de l’état que génère la Foi en nous.

Article "Développer notre Pouvoir de Manifestation" - Blog Suishō Reikidō® - Franck Cohendet - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/ - Crédit image ©Chil Vera @pixabay
Yeshoua / Aissa / Jésus marchant sur les Eaux – ©Chil Vera @pixabay

C’est comme lorsqu’on utilise le GPS.

On suit ses indications, sachant que les routes qu’il nous fait prendre ne nous mènent pas directement à notre but. Ainsi, nous suivons en confiance ce trajet qui nous fait emprunter des portions d’itinéraires, jusqu’à ce que cela nous amène là où nous souhaitons aller.

S’engager sur le chemin qu’on souhaite manifester, en étant pleinement réceptif(ve) aux guidances de notre Cœur, est donc la voie pour parvenir à notre but. Car par cette attitude, nous lâchons prise et sommes dans le détachement. Ainsi nous sommes dans l’Ouverture de tous les possibles, car nous nous ouvrons pleinement au Pouvoir de la Foi.

L’erreur qui n’en est pas une, fait partie de l’apprentis-sage

On peut se tromper quelques fois, mais ce n’est pas grave ; cela fait partie de l’expérience.

L’essentiel est de rester fidèle à l’orientation de notre Intention. Et tôt ou tard les circonstances, au-delà de toute compréhension et de tout contrôle, se mettrons en place pour nous mettre « sur les bons rails ».

C’est par notre fidélité à notre Intention, à travers les aléas de cette expérience où le doute peut surgir, que nous renforçons notre Foi.

On forge ainsi nos capacités et notre pouvoir de concentration de l’Intention, jusqu’à ce que notre Foi soit suffisamment pure pour manifester ce à quoi nous aspirons. Tout est histoire d’accord parfait et de résonance, c’est le principe même de la Synchronicité.

L’expérience de vie reflète ce que nous sommes en nous-mêmes, et nous ne pouvons être victime que de nous-même

Ainsi la victimisation n’est qu’un argument temporisateur et mensonger du mental.

C’est une des raisons pour lesquelles les Amérindiens nomment le mental « le menteur ». Nous ne sommes jamais que la victime de nos propres croyances et projections.

Ils disent que mieux vaut ne pas croire ce qu’on nous dit. Et encore moins de croire ce que notre propre mental nous dit. C’est un des principes des Accords Toltèques (le cinquième) diffusés par Don Miguel Ruiz. Le principe en est de nourrir un « sain scepticisme ».

Les Hommes-médecine disent « que jamais rien ni personne ne peut faire quoi que ce soit à un Guerrier de la Lumière ». Car il est libre, choisit et agit en conscience éclairée, par et avec la « totalité de lui-même ». C’est ce qui lui permet de transcender toute expérience.

L’humanité conscientise de plus en plus à quel point les expériences qu’elle traverse sont le résultat de ses propres croyances et aberrations. Nous vivons ce que nous vibrons.

La croyance nous détourne de notre capacité de discernement

Le Yi King enseigne que « mieux vaut laisser parler les gens sans les croire, et rester surtout attentif à leurs agissements ».

Il en est de même pour nos propres comportements. Ne pas écouter ce que nous en dit le mental, mais plutôt observer ce que nous produisons par nos paroles, nos comportements et nos actes, est préférable et plus réaliste.

Car la croyance a tendance à nous aveugler, puisqu’elle stimule une vérité que nous avons fait nôtre en l’acceptant et en la gravant dans le subconscient. De ce fait, c’est une vérité que nous appliquons aveuglément, sans exercer notre discernement pour en vérifier la pertinence et la réalité.

Elle représente un mode de pensée acquis et instauré, que nous concevons donc comme non-discutable. Mais au-delà de l’apparente évidence, peut-être se cache une croyance limitante voire destructrice, car séparatrice et générant de l’auto-sabotage.

La simplicité de l’Ouverture par l’acceptation conduisant au lâcher-prise

Comprendre avec simplicité la simplicité

La simplicité en trois mots : Énergie, Fréquences et Vibrations

Nikola Tesla a dit que pour découvrir les secrets de l’univers, il est nécessaire de penser en terme d’énergie, de fréquences et de vibrations.

Cette approche simplifie totalement la compréhension du Vivant et de ses lois, auxquelles nous sommes absolument soumis. Parce qu’en percevant de cette manière le Vivant, nous accédons instantanément à une perception de l’Information Pure qu’est l’Énergie de Vie, qui est également Amour et Lumière.

S’efforcer donc de maintenir en équilibre et d’harmoniser notre être dans toutes ses formes ou dimensions −et j’ajouterai toutes ses temporalités aussi− d’existence et de manifestation, est le seul moyen d’équilibrer notre vie ; quels qu’en soient les circonstances et défis. Là est la simplicité de la mise en application pragmatique des principes bioénergétiques.

Ni hypothèse, ni analyse par anticipation, l’expérience nous apporte toutes les informations nécessaires

Cette simplicité se passe d’analyse et d’élucidation intellectuelle ; car cette dernière n’est pas absolument utile.

On peut comparer cela à connaître ce qu’est le chocolat, juste en lisant ou étudiant sur la question. Mais cela ne nous permet pas de savoir réellement et complètement ce qu’est le chocolat, même si on nous dit et on apprend que c’est succulent. On ne peut que véritablement le savoir, qu’en goûtant du chocolat. Il en est de même pour toute chose.

Pratiquer, vivre et ressentir, là est l’essentiel, tout l’enseignement et l’apprentis-sage

Le Zen enseigne dans ce sens que « Rien ne vaut la pratique ».

Et le Kriya Yoga enseigne que « Ressentir est infiniment plus instructif et important que de savoir ».

Ressentir est essentiel, savoir est accessoire.

Car il n’y a pas de meilleur savoir que celui qu’on recueille de ce qu’on ressent et perçoit ; ce qui appartient à l’expérience vécue.

Cette façon de cheminer nous permet aussi d’aller vers, d’atteindre et de cultiver le bonheur véritable de l’expérience de vie. Car cette expérience génère en nous l’extase de l’expérimentation, par le pouvoir de la Foi.

L’état originel de l’Être, l’extase d’être

C’est un chemin de retour à l’état d’innocence originelle, à l’extase de l’Être.

L’extase et l’innocence sont des états simples qui, lorsqu’ils sont en nous, ne prêtent aucune attention ni intérêt à la compréhension de la complexité technique du processus de ces états de conscience élevés.

« Je Suis » ; « Nous Sommes » ; « Cela Est ». Tout est là ; rien d’autre ni rien de plus.

« Heureux les simples d’esprit » a dit Yeshoua/Jésus/Aissa/Sananda. Il évoquait justement ce bonheur des innocents et simples, les justes en leur Essence.

La force de relever des défis, plutôt que d’affronter des problèmes

Cela rejoint le principe même de la loi de l’hormèse. L’hormèse est un des fondements de la puissante capacité biologique d’adaptation et d’évolution du Vivant.

Car lorsque nous sommes dans la Foi, il nous est alors évident que « ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts ».

Et nous savons aussi que nous ne mourons pas, tant que le moment de quitter cette incarnation n’est pas arrivé. Pas de stress ni de peur.

Notre credo désamorçant instantanément les tensions et peurs émergentes peut alors être : « Tout est juste et parfait, ici et maintenant à chaque instant ». Et on peut aussi y rajouter que « Rien de réel ne peut être menacé ».

Entretenir le développement du pouvoir de concentration de notre Attention, et ainsi de notre Intention, 5 minutes avant de s’endormir et 5 minutes après le réveil, sur le positif de notre expérience de vie, et sur ce que nous souhaitons vraiment vivre ; est un gage de sécurisation de notre parcours.

Rester constant et en permanence dans la Foi crée l’ancrage dans l’extase de l’expérience.

Orienter convenablement notre Attention, pour activer en conscience le pouvoir de notre Intention

Cela permet de se concentrer sur la recherche des solutions ; plutôt que de nous attarder et de bloquer sur les problèmes.

C’est le propre pouvoir de l’acceptation et du lâcher-prise qui nous en donne la possibilité.

En se concentrant sur le positif, ou en lui donnant toute notre attention, nous créons du positif.

Et en nous concentrant sur le négatif nous créons du négatif.

Ainsi est faite la Loi de Résonance ou Loi d’Attraction.

Article "Développer notre Pouvoir de Manifestation" - Blog Suishō Reikidō® - Franck Cohendet - https://suishoreikido.org/blog-suisho-reikido/ - Crédit image ©Sonoko_N @pixabay

Maintenir l’équilibre et l’harmonie dans la durée

Pour que le bonheur soit durable, il est nécessaire qu’il soit fondé sur la vérité et l’honnêteté.

Sans ces valeurs fondamentales, il ne peut exister ni s’élever dans la durée, tel un temple sans fondations.

Ne pas voir, ou vouloir voir (et accepter) la vérité, nous place effectivement dans une déperdition ; soit la fuite du bonheur réel et profond.

Le bonheur n’est que la répétition d’instants heureux

Pour qu’ils puissent se répéter sans cesse, nous avons à maintenir notre vigilance sur nos centres d’attention.

Tout est cyclique dans le Cosmos, du macrocosme au microcosme. Alors nous avons à cultiver la constance pour chaque cycle, du début à la fin, puis de la fin au début, et ainsi de suite.

Observer nos pensées, nos paroles, nos actes, et les orienter sur une voie lumineuse, est une chose simple, accessible à tous.

Ce qui l’est moins, c’est de maintenir cette attention focalisée. Ainsi, tout dépend de notre capacité à entretenir notre concentration sur cette observation en conscience, avec un minimum d’efforts.

Développer notre pouvoir de concentration de l’Attention dans le non-attachement

Certes, au début de cette pratique de l’Attention consciente, cela nécessite des efforts.

Mais, comme pour l’enfant qui apprend à marcher, par la répétition enthousiaste et régulière, cet effort s’édulcore, pour devenir une habitude quasi-réflexe. Plus ses muscles, son équilibre et ses réflexes se développent, et plus la marche devient naturellement facile.

Donc, plus qu’une pratique, ce dont il s’agit au début, c’est un nouvel état de conscience qui s’instaure.

La pratique continue nous permet de l’intégrer pleinement, de façon stable et durablement.

Puis ce nouveau niveau de présence à soi devient une nouvelle normalité d’être ; une normalité bienfaisante et bienfaitrice.

L’exaucement de la prière

Union de la pensée, du sentiment et de l’émotion

L’Effet Isaïe

Greg Braden (cf. « l’Effet Isaïe ») déduit de ses recherches que « la clé de la prière efficace est l’union de la pensée, du sentiment et de l’émotion. » (…)

Et il cite un passage de l’Évangile de Marc :

« Si quelqu’un dit à cette montagne
Soulève-toi et jette-toi dans la mer,
Et s’il n’hésite pas dans son cœur,
Mais croit que ce qu’il dit va arriver,
Cela lui sera accordé »

(Marc, 11-23)

Le Pouvoir de la Conscience

Le Cinquième mode de prière, pour un monde 5D

Neville Goddard (cf. « The Power of Awareness ») décrit ainsi ce qu’il appelle le « 5ème mode de prière » :
« Vous devez abandonner votre désir du mental, déjà devenu réalité grâce à votre amour pour cet état. Et, ce faisant, vous devez vivre dans ce nouvel état et non plus dans l’ancien ».

Ces deux postulats corroborent parfaitement à ce qu’il nous est demandé d’expérimenter maintenant. Il s’agit de la réactivation consciente de nos capacités intrinsèques et naturelles de manifestation.

Ce qu’est la prière

Ainsi, la prière n’est pas une supplique alimentée par la peur, que ce soit du manque ou de quoi que ce soit d’autre.

La prière qui ne génère pas de bonheur véritable en nous, est une prière ni bénéfique ni harmonieuse.

N’oublions pas que si la prière focalise sur le négatif (mental, émotionnel ou verbal), elle produira du négatif. Et inversement si elle focalise sur le positif. Cette polarité de l’Intention n’est pas seulement verbale, elle est tout autant émotionnelle, mentale et énergétique et, globalement holistique.

En cela, l’Intention se polarise en fonction de ce que vibrent nos 5 sens ainsi que nos extra-sens. Elle est connectée à l’énergie qui émane tant de nos dimensions physiques que subtiles ou spirituelles.

→ »Prier », c’est aligner parfaitement (sans l’ombre de la moindre once de doute) l’émotion, la pensée et le sentiment, que notre souhait produit en nous.
→Puis « lâcher la bouteille à la mer » avec ces trois composantes énergétiques faisant un seul corps [pensée (l’esprit) + émotion (les sens) + sentiment (le cœur)].

Un processus mystérieux et naturel

C’est un processus, où le conscient sème une graine dans le subconscient, qui lui donnera vie d’une manière qui lui est propre.

Nous n’avons pas à chercher à savoir comment ce processus se déroule. Nous avons simplement à nous ouvrir et à nous abandonner à la Foi que Cela Est ainsi, au-delà de toute compréhension. S’abandonner au processus en toute confiance.

Dans ce processus, il est important certes d’imaginer, mais surtout de Ressentir et d’être attentif(ve) à ce que nous ressentons.

« Le processus de création est caché au plus profond du subconscient, soit dans l’aspect féminin de la conscience, ou l’utérus de création.
Le subconscient transcende la raison et est indépendant de tout raisonnement.
Le subconscient considère un ressenti comme étant un fait existant en son sein même et cette supposition met en branle le processus pour manifester concrètement ce qui est ressenti. (…)
« Aucune idée ne peut être implantée dans le subconscient si elle n’est pas d’abord ressentie. Cependant, dès qu’elle est ressentie – qu’elle soit bonne, mauvaise ou neutre –, elle doit être matérialisée. » [Car elle déclenche la ou les action(s) correspondante(s) -NdT-)
(…)
« Ressentir est donc la seule façon d’implanter des idées dans le subconscient. L’homme qui ne contrôle pas ce qu’il ressent peut donc implanter dans son subconscient des idées et des états indésirables. Contrôler ce que l’on ressent ne signifie pas restreindre ou supprimer ses sentiments, mais plutôt se discipliner à imaginer et à entretenir seulement des sentiments qui contribuent à son bonheur. »
(…)
« Ce que vous devez donc acquérir est un contrôle réfléchi du fonctionnement du subconscient, ce qui signifie contrôler ce à quoi vous pensez et ce que vous ressentez.
La chance ou le sort ne sont pas responsables de ce qui vous arrive, tout comme aucun destin quelconque n’est la source de votre bonne fortune ou de votre malheur.
Ce qui a été implanté dans votre subconscient détermine les conditions de votre existence.
Le subconscient n’est pas sélectif. Il est impersonnel. Toutes les personnes sont égales pour lui. »

Neville Goddard (cf. « Ressentir… Voilà le Secret ») :

La réalisation de la Manifestation, l’Exaucement de la Prière

Plus notre foi en nos qualités de co-créateurs et leur maîtrise sont grandes, et plus vite le souhait est manifesté.

Tout est question d’intensité de la force de concentration de notre Intention, plus que de la temporalité. La temporalité peut être transcendée dans l’instantané de l’Ici et Maintenant ; par la pureté de l’état d’être et la maîtrise des étapes de manifestation.

La manifestation arrive alors que nous ne sommes plus dans l’attente, dans aucune attente. Mais lorsque nous sommes seulement dans la confiance absolue au « Plan divin », dont nous faisons tous partie.

C’est être dans la conviction de la bienveillance de la Vie, et la pleine acceptation ressenties de « Ce qui Est ».

Réactive cette cohésion [pensée+émotion+sentiment] autant de fois que nécessaire pour œuvrer au bonheur durable. C’est avec l’entrainement qu’on se perfectionne.

Bonnes prières et manifestation de ton intention profonde.
Bien et Paix à toi

Pour aller plus loin dans la compréhension du pouvoir de manifestation

Un autre article du Blog Suishō Reikidō® apporte d’autres « guidelines » (« lignes directrices ») pour développer la maîtrise du pouvoir de manifestation : « L’Ouverture de la Voie de Tous les Possibles« .

Pour passer à la phase réalisation en étant accompagné(e)

Si tu souhaites être accompagné(e) pour cheminer vers tes souhaits et rêves, un programme de coaching holistique Suishō Reikidō® est conçu dans ce but.

Fais moi part de tes aspirations pour que nous échangions à ce propos. Je pourrai ainsi te proposer un programme sur-mesure, adapté et spécifique :

********

→ Rejoindre le Canal Telegram : https://t.me/suishoreikido

※ Tu peux partager cet article, à condition qu’il ne soit pas modifié, et d’en mentionner systématiquement :

  • le copyright et sa source (©Franck Cohendet),
  • la marque (Suishō Reikidō®),
  • et l’hyperlien ou URL du Site Internet (https://suishoreikido.org).

Merci.

© Franck Cohendet Avril 2024 – Nusa Dua, Bukit, Bali, Indonésie

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 75

No votes so far! Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

2 réflexions sur “Développer la Maîtrise du Pouvoir de Manifestation”

  1. Merci de manifester en mots ce qui ce vit entre chaque cellules –
    respiration – lumière – éther – flux – vivant – expansion – mouvement – danse – réalisation – matière
    En permettant que cela SOIT
    Tout ce qui est autre est obsolète et s’en va
    Namasté Gratitude Amour
    Aria née

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *